Justice comme norme

La Justice devient une réalité pratique et non plus philosophique dans la Rome antique par l’apparition d’une norme application : le droit.

La justice obéit désormais à des règles. La responsabilité de l’auteur (étymologiquement l’auteur est celui qui amplifie, ici un acte mauvais et répréhensible) est évaluée par rapport à une norme préexistante. Tout comportement qui dévie de la norme voit son auteur sanctionné sur la base d’un règlement qui matérialise, par des textes, l’échelle des sanctions à appliquer proportionnellement à l’écart constaté avec la norme.

On distingue alors deux justices, fonctionnant selon deux normes différentes mais complémentaires : la justice privée et la justice publique. La justice privée est rendue en dehors de l’État, c’est la médiation mais aussi la loi du Talion. Cette justice, la plus ancienne (voir le paragraphe historique) est à l’origine du droit privé que l’on pourrait qualifier de « droit des individus ». La justice y est ici une « affaire privée », un conflit entre particuliers. C’est selon l’adage juridique latin : « Justitia est constans et perpetua voluntas jus suum cuique tribuendi » (soit « La justice consiste en la volonté constante et continuelle de donner à chacun son droit »).

La justice publique est rendue par l’État. Son domaine par excellence est le droit pénal. Quand un crime a eu lieu, l’État considère qu’il ne peut laisser seul les individus régler le problème, il intervient. La justice publique est donc une « affaire publique » et donc un droit extérieur aux individus : le droit public.